Slovénie

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

En 2010 en Slovénie, la visite de Škofja Loka s'est faite sous terrible une averse orageuse. Nous sommes partis de Maribor en fin de matinée pour faire une petite excursion en Hongrie dans le sympathique petit village de Rédics. Puis nous avons traversé le pays d'est en ouest pour rejoindre le pittoresque village de Bled dans les Alpes Juliennes.
Une bonne partie du trajet s'est faite sous les orages et ça ne s'est plus arrêté de la journée. Aussi avons-nous décidé de braver les éléments déchaînés pour visiter ce superbe village médiéval. Et ce qui devait être une vraie galère s'avéra être contre toute attente une franche partie de rigolade.
Difficile de dire ce qui a déclenché cette crise de fou rire sous la pluie battante. Il s'agissait surtout d'un  enchaînement  de  détails  qui  nous  apparaissaien t désopilants.  Peut-être  nos  dégaines criardes : moi avec des bermudas marron, un k-way bleu marine avec des motifs blancs style surf et des chaussures «bateau», J.R. avec des bermudas également, un k-way gris, rouge et noir par-dessus son sac à dos qui le faisait ressembler à un dromadaire humain. Peut-être aussi cette tête de veau gravée dans la pierre ayant elle-même bravé toutes les intempéries possibles et imaginables des siècles durant, qui nous a surpris au coin d'une rue et semblait nous regarder d'un air dépité (photo).
Nous vous épargnerons les autres détails, car ceux-ci ne sont drôles que quand on les vit sur le moment. Aussi les énumérer serait inutile et dépourvu d'humour. Mais vous avez sûrement tous connu un jour ou l'autre ce genre de crise de fou rire pour un rien, ou pour un ensemble de petits riens.
En tous cas, les gens du coin qui nous voyaient depuis la fenêtre de leur domicile ou depuis l'intérieur douillet d'un bar ou d'un restaurant était hilares à notre vue, autant de notre dégaine que de nos éclats de rires apparemment communicatifs. Nous étions devenus en quelques minutes l'attraction du village malgré nous. Difficile de nous louper : il n'y avait que des imbéciles pour sortir dans la rue par un temps pareil, c'étaient nous.
La morale de cette histoire est qu'il ne faut pas forcément se décourager lorsqu'un temps exécrable semble vouloir gâcher une visite, car une bonne surprise peut malgré tout nous attendre au tournant.


*


Lors de notre séjour fin septembre 2018, nous avons consacré une journée au Nord-Ouest du pays, commençant par Velika Planina, pour poursuivre ensuite vers Bled. Sur la route entre ces deux sites extraordinaires, nous nous sommes arrêtés pour faire quelques courses dans un supermarché Hofer. Nous avons pris de quoi nous restaurer sur le pouce. Nous avons également acheté une bombonne d’eau de 5 litres pour la garder dans le coffre de la voiture et l’utiliser pour remplir les petites bouteilles que nous emmenons dans nos sacs à dos. Une fois arrivés à Bled, nous nous apprêtions à entamer le tour du superbe lac et la randonnée conduisant au belvédère proposant une vue plongeante époustouflante sur le site. Pour la première fois après quatre visites de Bled, le soleil était au beau fixe et il faisait même plutôt chaud. Je me suis dit que remplir chacune de nos petites bouteilles ne serait pas du luxe. Alors, j’ai ouvert le coffre de la voiture pour me saisir de la bombonne et l’ouvrir. Une odeur acide agressive m’a immédiatement assailli les narines. Je me suis alors rendu à l’évidence : nous avions trouvé le moyen d'acheter 5 litres de… vinaigre d’alcool blanc !..

Le lendemain, après avoir consacré notre journée au Sud du pays, nous sommes rentrés à Ljubljana le soir pour aller nous restaurer à la pizzeria Foculus, située dans une petite ruelle de la Rive Gauche de la Ljubljanica s’ouvrant sur une belle vue sur le château (photo). Elle se trouve dans un vieux bâtiment de style Baroque avec des voutes de pierre à l’intérieur. La décoration est vraiment réussie. Nous avons très bien mangé, la musique était bonne et l’ambiance très jeune. Nous y avons passé une excellente soirée. Ceci dit, nous préférons les délicieuses pizzas du restaurant Ljubjanski Dvor, que nous avons découvert dès le premier soir de notre premier trip en Slovénie en 2010, et qui semblent être indétrônables. D’ailleurs, nous y retournons au moins une fois à chaque séjour.
Avant de partir, J.R. est allé aux toilettes, et là il a assisté à une scène surréaliste. Les toilettes hommes se composent d’un urinoir, d’un lavabo, et d’une toilette fermée avec cuvette. J.R. a utilisé l’urinoir. Un homme est entré juste après lui, suivi quelques instants plus tard par une femme qui a débarqué comme une furie, se moquant totalement de se retrouver dans les toilettes hommes. Ils se sont engueulés tous les deux devant J.R., ignorant totalement sa présence. La femme a fini par partir. Du coup, l’homme s’est enfermé dans la toilette pour faire ce qu’il avait à faire. Puis, la femme est revenue, toujours dans une rage folle. Elle a toqué nerveusement à la porte en lui hurlant dessus. Là, l’homme a ouvert et s’est présenté à elle le pantalon baissé, et donc les attributs à l’air. Il ne semblait nullement gêné de cette situation, se comportant comme s’il était chez lui et non dans des toilettes publiques. Tous deux ont recommencé en s’engueuler, ignorant toujours la présence de J.R., complètement hébété d’assister à tout ce cirque alors qu’il était toujours en train de pisser. Finalement, la femme est de nouveau repartie... pour revenir encore une fois et refrapper à la porte. Et rebelote : le gars a ouvert et s’est représenté à elle les attributs à l’air. Et ils sont repartis à s’enguirlander comme des hystériques, proposant à J.R. une rediffusion de cette scène mémorable.

 

Publié le 1er décembre 2012

Modifié le 5 mai 2019