État de Rio Grande Do Norte

  • Natal

Royaume du surf et du buggy, Natal est réputée pour ses plages, ses dunes, son océan tiède aux vagues puissantes et ses superbes couchers de soleil. Perchées sur des collines, des petites maisons et quelques belles villas apparaissent au milieu des arbres. Il y règne un esprit vraiment positif. Par contre, le centre est vraiment peu engageant : les rares édifices historiques sont engloutis par le béton. C'est pourquoi nous avons séjourné dans le quartier Ponta Negra, plus agréable et plus sûr. Certes, l'endroit est touristique, la foule y est dense et les barracas nombreuses. Mais il reste très agréable, et on a une vue imprenable sur sa fameuse dune de 50 mètres de haut partiellement recouverte d'arbres, et qui cache un désert de sable.
La ville dispose d'un fort datant du XVIème siècle : la Fortaleza dos Reis Magos. Tout près, la plage Forte est protégée par les récifs, ce qui entraine la formation de piscines naturelles agréables. En direction de Ponta Negra, celles de Praia do Meio – où il est possible de déguster du crabe - et Areia Preta sont impropres à la baignade. Quant à Praia dos Artistas, elle est réputée pour ses bonnes conditions de surf.
Nous avons logé à l'Hôtel Marsallis, où nous avons sympathisé avec le personnel, d'une gentillesse et d'une disponibilité exceptionnelles, allant bien au-delà de leurs attributions. Ça a vraiment fait chaud au cœur. Nous les saluons au passage, et les remercions encore une fois. De manière générale, les gens sont très serviables à Natal, de même que dans le reste du pays. Ceci dit, ils sont tellement désireux de vous aider et vous renseigner qu'ils le feront même s'ils ne sont pas totalement sûrs des informations qu'ils vous donnent. Même s'il ne s'agit en aucun cas de mauvaise volonté de leur part, attachez-vous à avoir plusieurs avis différents afin de trancher.
Au niveau restauration, nous avons été surpris par une mention « couvert » sur l’addition, s’élevant selon l’établissement de 5 à 10 R$ par personne. Il s’agit en fait d’une somme prélevée pour contribuer à la paye du groupe musical ou de l’artiste solo qui s’y produit. Sachez toutefois que vous avez le droit de refuser. Il vous faudra aller voir le propriétaire avec la note pour négocier avec lui. Nous avons également été confrontés à cette pratique à Recife. Nous ignorons cependant si elle ne s’étend que dans le Nordeste ou dans la totalité du pays.
 

  • Praia de Pipa

S’il fallait retenir une plage sur la côte du Rio Grande do Norte, ce serait assurément celle-ci. Lieu paradisiaque aux époustouflantes falaises ocre qui offrent un contraste de couleurs saisissant avec le blond du sable et le turquoise de l’eau, elle ne manquera pas de vous subjuguer. L’endroit, découvert par des surfeurs il y a une trentaine d’années, est bien préservé. Des lagons se forment à marée basse grâce à la présence de récifs, et l’eau y est agréablement tiède. La petite station balnéaire est agrémentée de bougainvilliers par endroits. Vous y rencontrerez une population affable et décontractée, et la musique est souvent présente dans les rues. Elle donne sur la Praia do Centro où se multiplient malheureusement les barracas, et où vous serez sollicités par des professionnels du tourisme vous proposant leurs services, à l’instar de Porto de Galinhas dans l’état de Pernambuco, mais à un degré moindre cependant. De la même façon, vous pourrez éviter tout cela en prenant la peine de marcher quelques minutes, notamment vers le Nord où vous rejoindrez la Praia do Curral. Elle est également nommée Baia dos Golfinhos du fait de la présence de dauphins sautant hors de l’eau dans un ballet nautique qui semble destiné à épater les visiteurs. Attention cependant à la marée montante : en effet, la plage peut-être totalement recouverte et il n’y a pas d’autre accès pour regagner le village. Pensez à anticiper !
Plus au Sud se trouve la superbe et idyllique Praia do Amor, où la vue plongeante du haut des falaises est à couper le souffle.
Avant d’arriver à Praia de Pipa, nous avons fait une halte à Praia de Cacimbinha, qui en donne un avant goût en présentant le même genre de paysage de carte postale. Puis juste avant, nous nous sommes arrêtés à Lagoa de Guaraíras : le contraste y est spectaculaire entre les dunes érodées par les assauts répétés des vagues puissantes de l’Atlantique et la douceur du lagon préservé de ce déchainement quasi permanent. Une eau calme et lisse s’habille de couleurs douces et changeantes autour des bancs de sable. La verdure tout autour complète ce tableau idyllique. Tout près des dunes, dont certaines sont recouvertes de végétation, les parapentistes s’en donnent à cœur joie.