Washington DC

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir


Le paradoxe de la capitale américaine est qu’elle n’est pas représentative des villes des U.S.A. typiques avec leur habituelle skyline que l’on repère de loin. Elle est très aérée et dépourvue de gratte-ciel. Nous en avons vu lors de notre séjour deux visages diamétralement opposés : tout d’abord, l’inévitable et très médiatisée Washington institutionnelle, matérialisée par des édifices connus du monde entier tels la Maison Blanche et l’US Capitol, mais également par des mémoriaux pharaoniques, des pelouses, jardins et cours d’eau démesurés. Quant aux musées prestigieux du Smithsonian, ils font partie du plus grand ensemble de musées et de galeries d’art au monde, auxquels viennent s’ajouter un parc zoologique et des départements de recherche. Puis nous avons découvert la Washington historique, plus humaine, plus colorée, animée par la vie étudiante dans certains quartiers. Elle est pétrie du charme désuet d’une ville de province. Cet aspect-là nous était inconnu et s’est révélé être une véritable surprise. Nous avons quitté DC avec une idée bien différente de celle que nous nous étions faite à travers le miroir déformant des médias.


Ouest du National Mall & Maison Blanche

Le National Mall est un immense rectangle de pelouse de 3 kilomètres de long qui débute de la Rivière Potomac et se termine juste avant l’US Capitol. Nous avons commencé sa visite par le Lincoln Memorial, où une statue d’Abraham Lincoln de plus de 5 mètres de haut dans un temple est entourée d’imposantes colonnes doriques. On en compte 36, comme le nombre d’états des U.S.A. à l’époque. C’est là que Martin Luther King prononça son fameux discours «I have a dream» en 1963. Il fait face au Reflecting Pool, un long bassin de plus de 500 mètres qui conduit tout droit au Mémorial de la Seconde Guerre Mondiale (World War II Memorial). La visite de ce dernier étend prévue pour plus tard, nous avons poursuivi avec le Korean War Veterans Memorial, où on voit des statues représentant des soldats en patrouille avancer avec le visage creusé par l’effort et la fatigue. Puis nous sommes allés admirer le Dr. Martin Luther King, Jr. Memorial, inauguré par le Président Barack Obama en 2011, où se dresse fièrement une imposante statue de granit à l’effigie du porte-parole du Mouvement Afro-Américain des Droits Civiques. Il se situe au bord du Tidal Basin, bassin artificiel bordé de cerisiers japonais, dont la spectaculaire floraison est célébrée au début du printemps à l’occasion du National Cherry Blossom Festival. Le Franklin Delano Roosevelt Memorial présente l’ancien président de diverses façons selon ses quatre mandats. On le voit notamment assis sur un banc avec son chien à ses pieds. Certaines de ses citations les plus célèbres sont gravées en gros caractères sur les parois qui séparent les différentes parties du mémorial. Non loin se trouve une statue de sa femme Eleanor. Le George Mason Memorial rend hommage à l’un des Pères Fondateurs résolument abolitionniste. Il y est représenté assis en pleine réflexion. Toujours au bord du Tidal Basin, le Thomas Jefferson Memorial est une immense rotonde de pierre composée de colonnes ioniques et d’un dôme qui abrite une statue de bronze du président de 6 mètres de haut.
Nous avons ensuite marché jusqu’au Washington Monument, obélisque de marbre blanc de 168 mètres de haut érigé au centre du National Mall à la fin du 19ème siècle, dans l’alignement avec le Lincoln Memorial à l’Ouest et l’US Capitol à l’Est. Comme le nom l’indique, il rend hommage au premier président du pays. Il dispose d’une plateforme d’observation. Il est entouré de 56 drapeaux américains : 50 pour les états, et 6 pour les territoires américains dans le monde. Le World War II Memorial est un vaste ensemble architectural d'une symétrie parfaite. De chaque côté s'élève un arc de triomphe agrémenté de superbes sculptures, l'un dédié aux anciens combattants de l'Atlantique, l'autre à ceux du Pacifique. Ils se trouvent à chaque extrémité d'un grand ovale où s'égrènent 56 grandes colonnes de granit rectangulaires coiffées d'une couronne de bronze. Chacune représente un état, un territoire ou un district américain ayant participé à la guerre.
Le Vietnam Veterans Memorial surprend par son style totalement épuré qui contraste avec les autres mémoriaux. Il n’a rien de pharaonique : aucun peaufinage architectural, aucune statue, colonne ou fontaine. Il se compose juste de deux immenses parois de granit noir poli qui se rejoignent en décrivant un V dans un angle très ouvert. Les noms et prénoms de chacune des trop nombreuses victimes y sont gravés en lettres dorées. C'est justement cette troublante sobriété qui nous a profondément marqués, reflet du traumatisme engendré par cette guerre vite devenue impopulaire, mais dans laquelle les gouvernements successifs s'enlisaient avec un incompréhensible acharnement. Ce mémorial se différencie totalement des autres, et c'est peut-être l'effet escompté. Seules quelques fleurs posées çà et là par des particuliers viennent apporter leur lot de couleur, mais ne suffisent pas à faire oublier l'effroi et le mal-être que suscite la simple évocation de cette maudite guerre. Deux éléments y ont été ajoutés plus tard : Three Servicemen, sculpture de bronze représentant trois hommes en uniforme : un hispanique, un blanc et un afro-américain. Quant au Vietnam Women’s Memorial, il est dédié aux femmes ayant servi durant la guerre, la majorité en tant qu’infirmières. Il s’agit d’une autre sculpture de bronze : celle-ci représente Hope, Faith et Charity, trois femmes en uniforme dont une soutient un soldat blessé.
Nous sommes ensuite allés admirer la Maison Blanche. Nous avons commencé par sa façade Sud et son fameux portique à colonnes en hémicycle connu du monde entier. Le site étant naturellement très sécurisé, nous devions nous contenter de contempler à distance ce superbe manoir Géorgien de la fin du 18ème siècle. Nous sommes restés de longues minutes, avant d’emprunter la 17ème rue côté gauche. Nous sommes notamment passés devant l’Eisenhower Executive Office Building, immeuble massif de style Second Empire. Bâti à la fin du 19ème siècle, il comporte plus de 500 pièces et renferme le siège des collaborateurs du président américain. Tout près, la Renwick Gallery of the Smithsonian American Art - de style Second Empire également - abrite des œuvres d’artisanat et d’arts décoratifs américains de toutes époques à l’occasion d’expositions temporaires. Finalement, nous nous sommes retrouvés devant l’entrée principale de la Maison Blanche. De l’autre côté de Pennsylvania Avenue se trouve le charmant jardin Lafayette Square (photo), au centre duquel se dresse une statue du Général Andrew Jackson sur son cheval entouré de quatre canons. Des statues de héros étrangers de la Guerre d'Indépendance sont érigées à chaque coin du parc. Nous nous sommes également attardés, puis sommes repartis vers le National Mall après avoir levé la tête pour admirer la petite horloge sur l’angle arrondi du toit du Suntrust Bank Building, ainsi que les belles décorations de terre cuite qui l’entourent.


Est du National Mall & US Capitol

Nous sommes repassés près du Washington Monument, que la lumière de fin d’après-midi qui perçait les nuages habillait de belles couleurs chaudes. Après une journée maussade, le soleil commençait enfin à se montrer et nous promettait une très belle soirée. Les drapeaux américains entourant l'édifice étaient fièrement dressés en parallèle sous l’effet d’un vent agréable. Nous avons bifurqué vers la gauche pour nous diriger vers l’US Capitol afin de visiter l’autre moitié du National Mall, où s’égrènent de superbes musées. Nous avons admiré le Smithsonian Institution Building, somptueux bâtiment de grès rouge  surnommé «The Castle» : de style Renaissance Médiévale, il arbore fièrement ses tours crénelées. Il abrite les services administratifs et le centre d’information du Smithsonian. Tout près se tient le splendide et coloré Arts and Industries Building, également en grès rouge. De style Victorien, il adopte également quelques aspects du style Mauresque. Il renferme de superbes collections de pièces datant de l’Amérique Victorienne.
Puis, nous nous sommes approchés de l’US Capitol, nous arrêtant pour admirer l’Ulysse S. Grant Memorial, érigé à l’effigie de ce commandant en chef des armées de l’Union durant la Guerre de Sécession, et président des U.S.A., représenté sur son cheval. Il s’agit de l’une des plus grandes statues en bronze du monde. Devant s’étend un plan d’eau : le Capitol Reflecting Pool. Finalement, nous nous sommes rapprochés autant que possible de l’US Capitol (photo), site très sécurisé. Nous avons été surpris d’apprendre qu’il s’agissait de l’arrière de l’édifice que nous avions en face de nous : en effet, on pensait lors de sa construction que l’expansion de la ville se ferait vers l’Est, mais ce fut le contraire. Le célèbre bâtiment attirant des visiteurs du monde entier tourne donc le dos au National Mall. Situé à l’intersection des quatre quartiers principaux de Washington, il est la plaque tournante de la ville. Sa construction commença à la fin du 18ème siècle. Il fut coiffé d’un dôme en 1866. Cette splendide et imposante rotonde est prolongée d’une aile de chaque côté, le tout dans une parfaite symétrie. Son architecture est très riche et très peaufinée. Ses fresques et ses bronzes sont remarquables. Il abrite la chambre du Sénat. Nous avons eu la chance de l’admirer longuement dans des conditions climatiques extraordinaires : il se parait de superbes couleurs à la faveur d'un soleil de plus en plus bas surmonté de nuages qui s’embrasaient sous ses feux. Face à lui, le National Mall resplendissait sous les teintes chaudes éclatantes que renvoyait le Reflecting Pool. Aussi avons-nous décidé de contempler ce magnifique spectacle jusqu’au crépuscule, sachant déjà que cela ferait partie des moments forts de ce voyage extraordinaire.


Georgetown

C’est le quartier emblématique de Washington. Il fut à l’origine un port de tabac. Fondé à la fin du 18ème siècle, il arbore de belles rues pavées et de charmantes maisons de brique ou de bois colorées. Certaines d’entre elles, les row houses, ont la particularité d’être identiques et alignées, uniquement différenciées par leurs couleurs (photo). De nombreuses rues sont arborées et il est très agréable d’y flâner. Nous nous y sommes baladés le lendemain de notre découverte du National Mall et le temps était au beau fixe. Nous avons pris la voiture car Georgetown n’est pas desservi par le métro, dans le souci de préserver sa beauté et son authenticité. Les galeries d’art y sont nombreuses. Ses rues commerçantes où se multiplient boutiques très variées, restaurants chics et bars branchés sont très prisées en soirée - notamment par les étudiants - et le weekend.
Le C & O Canal était utilisé pour transporter les marchandises le long de la Rivière Potomac vers le Maryland ou en provenance de ce même état. Il en reste désormais une agréable voie navigable ombragée où l’on peut se laisser tenter par une balade pittoresque en bateau tiré par une mule. Old Stone House est la plus ancienne maison de Washington, et la seule du quartier ayant conservé son aspect d’avant la Révolution, dans la pure tradition des demeures de pierre bâties par les colons. Christ Church a connu depuis sa construction au début du 19ème siècle des styles architecturaux divers : d’abord Géorgien, puis Victorien, et finalement Néo-Gothique. La demeure Dumbarton Oaks, de style Fédéral, abrite un musée de somptueuses collections d’art Byzantin et Précolombien. Elle est entourée d’un espace vert idyllique composé de jardins en terrasse et de nombreux étangs. La Dumbarton House, bâtie à la fin du 18ème siècle sur les hauteurs, renferme de belles collections de tableaux et de meubles des 17ème, 18ème et 19ème siècles. Oak Hill Cemetery s’étend sur un espace boisé et vallonné très agréable. Sa chapelle est de style Néo-Gothique.
Nous sommes allés voir les Exorcist Steps, dont la visite ressemble à un pèlerinage cinématographique : en effet, c’est sur les marches de cet escalier étroit et raide qu’a été tournée l’une des scènes du fameux film «L’exorciste», lorsque l’un des prêtres y meurt brutalement dans des conditions mystérieuses peu après avoir tenté d’exorciser la petite fille possédée. Puis, nous avons poursuivi jusqu’à la fameuse Georgetown University, où notamment l’ancien président Bill Clinton a étudié. Fondée à la fin du 18ème siècle au bord de la Rivière Potomac et tenue par des Jésuites, il s’agit de la plus vieille université catholique des U.S.A. Des scènes de «L’exorciste» y ont également été tournées. Elle est de style Néo-Gothique et sa chapelle comporte de superbes vitraux. Les imposants bâtiments s'élèvent fièrement devant des pelouses verdoyantes et ombragées. Comme à l'Université de Toronto, j’ai été étonné par la vie qui animait les lieux en plein été : des étudiants – ou futurs étudiants – visitaient le campus avec leurs parents. On sentait chez chacun d’entre eux une certaine fierté : les étudiants pour leur intégration dans un établissement aussi prestigieux et les parents pour la réussite de leurs enfants. Cela nous a confirmé qu’il y avait un monde entre les universités américaines et les universités françaises.


Publié le 4 janvier 2019