Brésil

Il y a sur Terre des endroits qui ne nous réussissent pas. Certaines villes, régions ou pays semblent nous porter malheur. Il ne faut pas forcément y voir quelque signe de superstition, mais les faits sont là.
C'est ce qui m'est arrivé à Recife, ainsi qu'à la connaissance qui m'accompagnait, mentionnée en introduction dans la rubrique «Nos voyages – Brésil». Cette dernière ne souhaitant pas que nous communiquions son véritable prénom, nous l'appellerons Madalena. Déjà, la ville en elle-même ne nous a pas plu, à part le Centre Historique, comme indiqué dans la rubrique «Nos voyages - Brésil - État de Pernambuco». Le lendemain de notre arrivée, nous avons pris un bus depuis le quartier Boa Viagem où nous résidions pour justement rejoindre le centre. Nous ignorions que celui-ci décrivait une grande boucle pour revenir à son point de départ. Nous l'avons réalisé quand nous nous sommes de nouveau retrouvés à Boa Viagem. Entre temps, nous avons traversé des quartiers laids, sales et sordides. Des odeurs nauséabondes remontaient parfois. Au niveau du quartier des marchés, de nombreuses personnes montaient dans le bus qui s'est retrouvé bondé. Beaucoup d'entre elles étaient également sales et sentaient mauvais. Près de nous, une grosse bonne femme a ouvert une vitre du bus pour se racler la gorge et cracher à l'extérieur, souillant la vitre au passage, et ce sans vérifier s'il n'y avait personne juste en-dessous. C’était vraiment écœurant. Nous n'avions qu'une envie : descendre dès que possible de ce bus.
Nous avons finalement réussi à rejoindre le centre-ville, pour nous retrouver coincés tout un après-midi dans un grand centre commercial car des pluies diluviennes nous empêchaient de sortir. Lorsqu'une accalmie relative est arrivée, nous sommes finalement sortis munis de nos parapluies. Les rues étaient inondées et des odeurs pestilentielles remontaient. Nous avons croisé avec amusement un motard qui roulait tranquillement le long de l'avenue. Il portait le casque, la combinaison et... des tongs Havaianas jaunes ! Les brésiliens semblent y vouer un tel culte qu'ils ne s'en séparent jamais quelles que soient les conditions !
Le soir, nous sommes allés nous restaurer près de la Place du Marco Zero. Nous avons gouté une spécialité locale à base de fruits de mer. Nous nous sommes régalés, ce qui ne m'a malheureusement pas empêché d'attraper la turista le lendemain, et ce durant deux jours. Je m'en souviendrai !..
Heureusement, le dernier jour a été bien meilleur : le soleil a enfin daigné se montrer, et nous avons visité la belle Olinda, toute proche. Nous en gardons un très bon souvenir. Une lueur d'espoir au milieu de la grisaille de ce séjour.
Lorsque ce dernier touchait à sa fin, c'était presque un soulagement. Nous étions à l'aéroport, pensant à notre prochaine étape à Natal, et surtout persuadés que les ennuis étaient enfin terminés. Mais nous n'avions pas encore décollé de Recife, ville maudite pour nous qui manifestement avait décidé de s'acharner sur nous jusqu'à la dernière minute.
Il ne restait qu'une demi-heure avant le départ. Le check-in s'était bien passé, jusqu'à ce que j'entende Madalena vociférer devant des agents de la sécurité : une paire de ciseaux se trouvait dans son bagage de cabine. Forcément, elle a été sommée de s'en débarrasser. Le problème, c'est qu'il ne s'agissait pas de ciseaux ordinaires. Ils étaient en métal ouvragé, mais surtout avaient une valeur sentimentale : ils lui avaient été offerts par son père. En fait, elle les avait mis là par accident, transférant dans la hâte des objets de ses bagages de soute trop lourds vers ses bagages de cabine, histoire de ne pas payer un supplément pour excès de poids. Elle faisait ça chaque fois au guichet de check-in, en nous mettant un peu la honte et surtout en faisant perdre du temps à tous ceux qui faisaient la queue derrière nous. Je ne vais pas vous mentir : c'est l'une des personnes les plus désordonnées et désorganisées qu'il m'ait été donné de rencontrer.
Alors elle explique la situation aux agents de sécurité, qui lui conseillent d'aller le mettre en consigne pour quelques jours. En effet, nous devions faire une halte de 24 heures à Recife trois jours plus tard pour ensuite décoller pour Rio de Janeiro où nous devions retrouver J.R. Il n'y avait pas de vols directs depuis Natal. Un mal pour un bien, finalement... On la somme de se dépêcher pour ne pas retarder le décollage.
Je la revois encore faire demi-tour et repartir comme une furie... Elle stresse beaucoup, la plupart du temps pour pas grand chose, alors vous imaginez... J'ai cru qu'elle allait nous faire une combustion spontanée... Les lunettes de traviole, les cheveux en bataille, elle renversait tout sur son passage : des prospectus, des poteaux de guidage, un panneau publicitaire et son support qui tombèrent sur une poignée de passagers...  Elle bousculait certaines personnes pour se frayer un chemin au milieu de la foule dense... Finalement, les consignes étant hors de prix, elle décida d'envelopper ses ciseaux dans un sac plastique pour les dissimuler près de l’entrée du hall dans un endroit où personne ne les trouverait. Elle fit naturellement cela en toute discrétion, s'assurant de n'être vue par personne. Il ne s'agissait pas de passer pour une terroriste posant une bombe !!!
Après trois jours à Natal, nous voilà de retour à Recife de bon matin. Nous avions choisi cette fois-ci un hôtel tout près de l'aéroport (à environ 1,2km d'après le site Hotels.com). En effet, nous devions décoller très tôt pour Rio, alors autant rester à proximité. Nous avons décidé d'y aller à pied en gardant un chariot de l'aéroport pour porter tous nos bagages, avec l'intention de le ramener à sa place. Nous ressemblions à ces malheureux clochards qui déambulent dans les rues avec leurs caddies. Forcément, nous nous sommes fait arrêter au bout de 200 mètres par un agent de sécurité qui nous a sommés d'aller le remettre à sa place manu militari.
Du coup, nous avons dû nous acharner à tirer nos valises dans les rues de Recife. C'était d'autant plus laborieux que les trottoirs étaient dans un état lamentable : entre les innombrables trous et les gros éclats de béton, il était quasiment impossible d'y faire rouler quoi que ce soit. Du coup, nous les tirions sur la route quand il n'y avait pas de voitures, et quand celle-ci n'était pas aussi délabrée que les trottoirs. De surcroît, la plupart des gens à qui nous demandions notre chemin nous donnaient des indications totalement contradictoires, si bien que nous avons bien malgré nous passé ce quartier sordide au peigne fin en décrivant une trajectoire sinueuse au lieu d'aller tout droit. Ce qui devait être une simple formalité s'était transformée en une véritable galère.
Puis intervint Ezequiel, un local rencontré en chemin : d'une gentillesse extraordinaire, il nous aida à trimballer nos bagages jusqu'au bout quand nous avons enfin trouvé l'hôtel. Nous étions complètement épuisés suite à cette débauche d'efforts, d'autant plus que nous avions fait nuit blanche : notre avion décollant à 5 heures du matin, nous avions décidé de ne pas réserver de nuit d'hôtel et de profiter de notre soirée à Natal. Comme il était encore trop tôt pour le check-in, nous avons payé un verre à Ezequiel et fait connaissance avec lui.
Après avoir enfin eu les chambres et fait une bonne sieste, nous avons décidé d'aller en ville. Le problème, c'est que pile ce jour-là, il y avait une grève des bus. Normal. Quand une journée est merdique, c'est jusqu'au bout !.. Après une attente relativement longue, nous avons pu rejoindre le centre de Recife. Madalena devait se rendre à la banque pour y faire un dépôt. J'en ai profité pour faire un retrait d'espèces avec ma carte bancaire. Nous pensions en avoir pour quelques minutes, mais une fois encore ça a été laborieux. En effet, tout est souvent compliqué au Brésil, qu'il s'agisse de l'administration ou des services privés. Nous avons dû avoir recours aux services d'une employée qui nous a bien aidés. Pour ma part, je n'arrivais pas à retirer, car d'après le distributeur automatique de billets j'avais dépassé mon plafond. Pourtant, je n'avais pas utilisé ma carte depuis deux semaines. Alors, je commençai à m'inquiéter : étais-je victime d'une fraude ?.. Heureusement, non. L'employée m'a expliqué que les retraits d'espèces étaient très limités dans les banques brésiliennes quel que soit notre plafond. Du coup, cela nous oblige à retirer plus souvent et donc payer la commission à chaque fois.
À un moment, la machine me demande de confirmer l'impression du ticket. Comme je ne comprends pas le portugais, Madalena veut le faire à ma place. Mais dans sa précipitation, elle exécute un geste trop brusque, à tel point qu'elle en lâche sa carte bancaire. Cette dernière trouve le moyen d'aller se loger précisément dans la fente de 1 cm entre deux distributeurs !.. Une chose surréaliste !.. Combien y'a t-il de chances sur 1 milliard qu'une carte magnétique décrive une trajectoire totalement verticale pour de surcroît se loger dans une fente aussi étroite ?.. C'est à ce genre de détail qu'on reconnaît les pures journées de m... Heureusement, nous avons pu l'extraire non sans difficulté grâce une fois encore à l'employée de banque qui a dû passer dans la salle derrière les distributeurs, pour ensuite pousser la carte à l’aide d’un objet long et la faire ressortir de notre côté. Elles communiquaient en hurlant à travers le mur, devant une longue file d'attente composée de personnes soit dépitées, soit amusées. En tous cas, ce fut un grand soulagement.
Le soir, nous avons encore galéré pour trouver notre chemin vers l'hôtel, les gens nous donnant toujours des indications contradictoires. Nous avons rejoint nos chambres dépités et épuisés, mais heureux que cette journée interminable s'achève enfin, et surtout heureux de quitter à jamais cette maudite ville le lendemain dès l'aube pour aller retrouver J.R. à Rio de Janeiro !!!
Pour la petite histoire, sachez qu'à notre arrivée le matin-même, Madalena a retrouvé ses ciseaux à l'aéroport à l'endroit précis où elle les avait dissimulés quelques jours plus tôt... Finalement, tout est bien qui finit bien !..


 *

 Si nous avons été satisfaits de la plupart de nos hôtels, il y en a deux que nous ne vous recommanderons pas : l’Hôtel Pelourinho à Salvador de Bahía, et l’Hôtel Villa Santana à Rio de Janeiro.
L’Hôtel Pelourinho était certes pétri d’authenticité et d’un charme désuet qui nous renvoyait à l’époque coloniale, avec ses couleurs agréables et ses plafonds hauts auxquels étaient accrochés des ventilateurs en bois verni qui brassaient un air rafraichissant. On avait depuis la salle petit-déjeuner une vue imprenable sur les toits du Centre Historique, et sa superbe cour intérieure appelait à la rêverie.
Cependant, il laissait vraiment à désirer au niveau des installations et de la logistique. Déjà, l’ascenseur ne marchait pas le jour de notre arrivée et nous avons dû monter nos bagages en empruntant les escaliers. Concernant l’électricité, c’était catastrophique : un des interrupteurs diffusait de façon quasi-permanente un bruit inquiétant de court-circuit. Les prises ont endommagé certains de nos adaptateurs, batteries et chargeurs divers. Ceux-ci sont désormais moins performants qu’avant. Mais le sommet, c’étaient quand même les fils dénudés au-dessus du pommeau de douche, ce qui va complètement à l’encontre des normes de sécurité les plus élémentaires. D’ailleurs, nous l’avons signalé à la réception, laquelle a fini par nous envoyer un technicien. Ce dernier n’a pas du tout été étonné par cette installation électrique pour le moins déplorable, et semblait ne pas comprendre que nous l’ayons fait venir « pour rien ».
Enfin, il n’y avait pas toujours de l’eau chaude. Pas dans toutes les chambres en même temps, en tous cas. Ça changeait tous les jours. Le réceptionniste avec qui nous avons sympathisé nous a raconté comment un client de l’hôtel venait le voir chaque matin pour lui demander quelle chambre libre disposait d’eau chaude ce jour-là afin qu’il aille y prendre sa douche… ce qu’il faisait presque tous les jours dans une chambre différente !..
L’Hôtel Villa Santana à Rio n’était guère mieux. Le petit-déjeuner était de piètre qualité. Le chef petit-déjeuner était sûrement l’un des plus maladroits du pays : le premier jour, il a renversé un plateau rempli de verres. De nombreux éclats jonchaient le sol, mais ça ne le bouleversait pas plus que ça. Il a continué à faire ce qu’il avait à faire et n’est venu ramasser les morceaux que quelques minutes plus tard, le tout en chantant à tue-tête.
Le lendemain matin, alors que nous nous dirigions vers la salle petit-déjeuner, nous avons aperçu un gros éclat de verre sur le sol juste devant le seuil de la porte. Nous avons compris que c’était encore lui qui travaillait ce jour-là. Nous sommes entrés et l’avons vu passer avec un autre plateau rempli de verres. Une fois encore, il a tout renversé. Heureusement, c’est tombé sur une table et il n’y a pas eu de casse. Juste après, il a lâché son chiffon par terre. Mais, il ne se démontait pas et continuait à assurer sa mission tant bien que mal… le tout en chantant, bien sûr !
Le dernier jour, il a juste fait tomber des serviettes en papier. Nous nous sommes dit qu’il y avait du progrès et qu’il était sur la bonne voie… jusqu’à ce que Madalena lui fasse remarquer la présence de fourmis dans les corbeilles à pain. De manière générale, il y avait plusieurs sortes d’insectes un peu partout dans cet hôtel, certes petits et inoffensifs mais ça la foutait un peu mal... Il est venu jeter un œil, et ça n'a pas eu l'air de le bouleverser outre mesure. Puis, quelques instants plus tard, nous l’avons entendu improviser à tue-tête une chanson dont le refrain était : « Formigas ! Formigas ! » (« fourmis » en portugais). Nous avons préféré en rire. Et pendant ce temps là, les petits insectes continuaient à s’en donner à cœur joie dans les corbeilles à pain…
Juste avant le check-out, nous sommes montés chercher nos bagages. Nous avons vu avec stupéfaction les femmes de ménage nettoyer couloirs et escaliers en jetant des seaux d'eau entiers tous azimuts. Des mini-cascades coulaient le long des escaliers, créant des rapides dans les couloirs, où d’innombrables moutons de poussière emportés par les flots tentaient de surnager... Nous en sommes restés ébahis.  Au début, nous avons même cru à une inondation et étions à deux doigts de prévenir la réception. De plus, il était plutôt dangereux de porter nos bagages dans les escaliers, l’établissement ne disposant pas d’ascenseur. Nous faisions attention à chacun de nos pas.
Finalement, nous étions tristes de quitter Rio, mais pas l'hôtel !



Publié le 27 avril 2016