État de Bahía

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

Salvador de Bahía

Salvador de Bahía fut la première capitale du Brésil. Elle est en grande majorité peuplée des descendants d’esclaves africains, ce qui en plus de sa réputation de ville aux 365 églises lui vaut son surnom de «Rome noire». Le reste de sa population est composé d’une minorité d'européens et d’indigènes. Elle nous renvoie l'image qu'on se fait du pays depuis l'Europe : coloré, festif, avec des rues baignées de musique et de spectacles. Un séjour dans cette ville mythique est un véritable éveil des sens : une architecture très riche et très peaufinée, une cuisine très typique excitant les papilles et exhalant des effluves à chaque coin de rue, une musique omniprésente (bossa-nova, tropicalisme, axé) s’accompagnant de danses sensuelles ou de capoeiras. Bien sûr, elle est perfectible au niveau de la propreté et de l'entretien de certains bâtiments, qu'ils soient publics ou privés. La pauvreté est omniprésente et vous serez souvent sollicités par des adultes et enfants mendiants. Les favelas abondent. L'insécurité y est bien réelle, autant qu'à Rio de Janeiro et São Paulo. Aussi les quartiers populaires et le centre (sauf le quartier Pelourinho dans une certaine mesure) sont-ils à éviter la nuit. Mais même si vous risquez de vous y sentir mal à l'aise au premier abord, vous finirez par comprendre que ces imperfections font également partie de son attrait. C'est une ville qui baigne dans son jus, qui s'accepte et se montre telle qu'elle est. Elle respire l'authenticité et la sincérité, ce qui finit par la rendre attachante. Vous comprendrez alors que c'est comme une personne qu'on doit accepter avec ses travers. Vous serez vite happés et séduit par son charme, et à la fin de votre séjour, vous la quitterez avec le vague à l'âme, car elle aura posé sur vous une empreinte indélébile.
 

  • Quartier Pelourinho et alentours

Le Pelourinho (photo) est l'incontournable quartier historique, classé au Patrimoine de l'Humanité par l'Unesco. Perché sur les hauteurs, il domine fièrement la ville basse. Son architecture Coloniale bigarrée est un vrai régal pour les yeux. Les rues piétonnes pavées et en pente - pour certaines d'entre elles - semblent toutes chargées d'histoire et de mystère. Les nombreuses églises Baroques exhibent avec insolence leur décoration intérieure surchargée de détails architecturaux et d'ornements. Malheureusement, le Pelourinho n'est pas épargné par l'insécurité. Ceci dit, la Police Militaire quadrille le quartier ce qui a un effet rassurant. N'hésitez pas à leur demander des conseils sur les rues sûres où celles à éviter. Vous pouvez aussi les solliciter pour trouver votre chemin, de même que les commerçants, restaurateurs ou autres. Par contre, ne demandez surtout pas à des inconnus : si vous tombez sur une personne mal intentionnée, elle pourrait vous orienter volontairement vers une rue coupe-gorge. Enfin, n'empruntez jamais les escaliers reliant la ville haute à la ville basse, de jour comme de nuit. Utilisez l'Elevador Lacerda, ascenseur construit à cet effet et qui fonctionne de 6h à 23h. En dehors de ces horaires, n'hésitez pas à prendre un taxi, même pour une si petite distance.
La Casa do Benin est un lieu culturel auquel les Bahianais accordent beaucoup d’importance. En effet, il rend hommage à ce pays d’Afrique d’où certains d’entre eux sont originaires, surtout par le biais d’objets et de photos.
Le Terreiro de Jesus est l’une des plaques tournantes de la ville, où touristes et locaux se retrouvent. De nombreux spectacles y tiennent place : musique, danse, capoeira. On y croise aussi toutes sortes d’excentriques. Nous avons rencontré une ostéopathe de rue qui nous a manipulés en échange de quelques Reais !.. Très imposant, il est de forme rectangulaire et comprend de somptueux édifices historiques. La Catedral Basílica, de style Baroque, est vraiment impressionnante. Sa démesure est telle qu’elle abrite non moins de treize autels de styles différents : Rococo, Classique, Renaissance… Dans la continuité du Terreiro, vous vous engagerez dans le Cruzeiro São Francisco, place rectangulaire pavée où s’élève une croix immense. Elle débouche sur l’Église et le Couvent de São Francisco, ensemble architectural Colonial du XVIIIème siècle de styles Baroque et Néo-Classique, le tout recouvert de sculptures dorées. La façade est d’une grande beauté, et la décoration intérieure est remarquable : feuille d’or, argent ciselé, superbe lustre en cristal, azulejos (carreaux de faïence décorés). On trouve même des pièces en jacaranda notamment dans la sacristie ! En continuant sur la gauche dans une rue adjacente, vous admirerez l’Église Ordem Terceira São Francisco, moins connue mais jouissant d’une extraordinaire façade embellie par de nombreux ornements et détails architecturaux la différenciant des autres églises de la ville. Par contre, la décoration intérieure est plutôt sobre, de style Néo-Classique. Elle abrite un petit musée sur le thème du sacerdoce. Dans son sous-sol se trouve une crypte qui renferme les cendres et ossements des personnes qui l’édifièrent.
La Praça Da Sé est également un endroit incontournable. Le Belvedere Da Sé offre une vue imprenable sur la Baie de Tous-les-Saints. Par contre, ne vous aventurez pas dans les rues qui se trouvent entre cette place et le Terreiro de Jesus.
Un autre haut lieu du quartier est le Largo do Pelourinho, en pente et de forme triangulaire. Il est recouvert de pavés ce qui ajoute à son cachet. Les façades colorées y abondent. L’Église de Nossa Senhora do Rosarío dos Pretos, construite par les esclaves noirs afin de s’y adonner à leur culte, arbore sa façade bleu pastel de styles Baroque et Rococo. Ses deux tours qui s’élèvent avec majesté sont somptueuses. À l’entrée, les innombrables fitas (fameux bracelets porte-bonheur) attachées à ses grilles donnent à l’endroit davantage de couleur.
 
En quittant le Pelourinho pour emprunter la Ladeira do Carmo, vous tomberez sur l'Église Ordem Terceira do Carmo, que l’on doit comme le nom l’indique aux Carmélites, et qui date du XVIIème siècle. Elle est couplée à un grand couvent qui renferme désormais un hôtel de luxe et un musée. L’ensemble comprend un très beau patio. La décoration intérieure de l’église – très chargée - est de style Rococo. Elle dispose de beaux meubles en jacaranda et d’un impressionnant grand autel en argent massif. Par contre, il est regrettable que la sacristie ne soit pas ouverte à la visite, car il s’agit de la plus riche et la plus décorée du pays. Enfin, la vue sur les toits du Pelourinho est imprenable.
Poursuivez la balade en suivant la Rua do Carmo, puis dans son prolongement la Rua Direita de Santo Antônio. Vous pourrez y admirer de superbes façades colorées de maisons anciennes loin de l’agitation du Centre Historique. Certaines ont été réaménagées en restaurants ou pousadas (hôtels ou auberges d’étape typiques et chaleureuses offrant un service personnalisé de qualité, et qui permettent de se rapprocher de la culture locale). Vous aboutirez à la Praça de Santo Antônio Além do Carmo sur laquelle se trouve l'Église de Santo Antônio. La vue sur la Baie de Tous-les-Saints y est époustouflante.
Dans la ville basse, ne passez pas à côté du pittoresque Mercado Modelo même si vous n’avez rien à acheter. Essentiellement dédié aux touristes, ce marché couvert attenant au port servait jadis à recevoir et vendre les esclaves. À quelques encablures de là, le MAM (Museu de Arte Moderna) où ont lieu des expositions temporaires, se trouve dans une ancienne villa aristocrate aussi splendide qu’imposante. Tout près se tiennent d’autres villas et dépendances, le tout dans un endroit confiné idyllique et agréablement arboré, d’autant plus appréciable qu’il est proche et pourtant préservé de l’agitation de la ville. Le tout débouche sur une petite plage d’un calme souverain.
Près du stade Arena Fonte Nova, le Dique do Tororó, grand lac artificiel, vous propose une balade des plus agréables le long des pistes cyclables et pédestres qui en font le tour. En son centre s’élèvent de superbes statues des Orixás (divinités d’origine Africaine introduites au Brésil avec l’importation des esclaves), qui mesurent plus de 3 mètres de haut. Elles sont éclairées en soirée par une fontaine lumineuse.
 

  • Autres Quartiers 

Au Sud du centre, en descendant l'Avenida 7 de Setembro qui longe la côte, vous pourrez admirer les somptueuses villas Coloniales qui s'égrènent le long du quartier Vitória. Faites une halte à Barra, réputé pour son phare emblématique entouré de pelouses où locaux et touristes viennent se mélanger pour contempler le coucher de soleil. La promenade, même si elle n'a rien d'extraordinaire, est agréable et animée avec ses nombreux bars et restaurants. De plus, elle est plutôt sûre. Elle vous propose une vue aux premières loges sur le spectacle des vagues de l'Atlantique qui viennent s'échouer sur la plage.
La plage d'Ondina est très prisée, surtout lors des weekends et des vacances. C'est le quartier chic, où se multiplient hôtels et restaurants de luxe. Pour une vie nocturne trépidante, optez pour le quartier bohème Rio Vermelho.
 

Au Nord, sur la Péninsule d'Itapagipe, s’étend la plage de Boa Viagem. Le Forte de Monte Serrat (ou Forte São Felipe) semble monter la garde sur les lieux. Forteresse du XVIème siècle, ses façades immaculées éclatantes sous les feux du soleil offrent un contraste saisissant avec la verdure des pelouses qui l'entourent et le bleu de l'Atlantique. Vous apercevrez des canons d'époque à chacune de ses tourelles. Tout près, sur la Ponta de Humaitá, petite avancée de terre dans l'océan, se tient l'Église Nossa Senhora de Monte Serrat entourée de vieilles demeures et d'un modeste phare.
En poursuivant votre route, vous ne pourrez pas manquer l'Église Nosso Senhor do Bonfim. Édifiée au XVIIIème siècle au sommet d'une colline, elle draine les foules à longueur d'année, surtout au mois de janvier lors du traditionnel lavage des escaliers à l'eau parfumée par des Bahíanaises en costume typique, le tout devant un public très dense et dans une ambiance indescriptible. Elle n'a rien d'extraordinaire au niveau architectural, mais sa «salle des miracles» en est la principale attraction : totalement insolite, elle renferme dans un espace confiné photographies, messages, objets divers, et surtout de nombreux membres de corps humain en cire guéris ou à guérir par les prières. À l’instar de l’Église de Nossa Senhora do Rosarío dos Pretos, elle est elle aussi entourée de grilles où sont attachées de nombreuses fitas.
Enfin, vous rejoindrez le très agréable quartier Ribeira, d'où vous pourrez apercevoir l'Église Nosso Senhor do Bonfim d'un angle de vue légèrement éloigné et totalement différent. Peu touristique et très populaire, vous pourrez vous y mélanger aux locaux et profiter d'une balade au bord de la mer en sirotant une agua de coco. Il s'agit d'une noix de coco entière dont l'extrémité supérieure est ouverte par trois habiles coups de machette exécutés devant vous par le vendeur, qui y glisse ensuite une paille pour vous permettre d’en déguster le jus. Ne tentez pas de faire pareil chez vous !.. Vous pourrez admirer l’Église Nossa Senhora da Penha de França, et pour terminer en beauté, les superbes voiliers anciens en bois verni au Pôrto dos Tainheiros.


Praia do Forte

Véritable paysage de carte postale ou de fond d'écran d'ordinateur, Praia de Forte ne manquera pas de vous envoûter avec ses plages désertes de sable blond plantées de cocotiers, ses îles, ses lagunes et ses paillotes. Bien sûr, le village – autrefois village de pêcheurs - subit l'influence du développement touristique, mais sans excès bien qu'il s'agisse d'une station balnéaire très prisée. Essentiellement constitué de bâtisses de bois décorées et colorées, il est très propre et très agréable. En front de mer s’élève l’Église São Francisco de Assis, très modeste et très sobre avec ses murs blancs et bleu ciel.
Les baleines Jubarte n'auront plus aucun secret pour vous lorsque vous aurez visité l'Instituto Baleia Jubarte. Des balades en bateau sont proposées durant la période d'observation de juillet à octobre. Quant au Projet Tamar (photo), il s'attache à la préservation des tortues marines, que vous pouvez voir nager dans les bassins.
Le Castelo do Garcia D'Avila, édifié au XVIème sur une magnifique petite plage, témoigne du début de la conquête portugaise. En effet, le Nordeste fut la première région du Brésil à être colonisée. Elle prospéra durant les XVIIème et XVIIIème siècles, grâce à monoculture de la canne à sucre qui faisait la richesse du pays. Malheureusement, cela se fit au détriment de la Forêt Atlantique, dont la plus grande partie fut abattue. Reste toutefois la Réserve Écologique de Sarapinga. À environ 2 kilomètres du centre, elle en possède et en préserve 600 hectares et s’attelle à protéger la faune et la flore locales.
Praia de Guarajuba est une plage idéale pour la baignade et le farniente au soleil ou à l'ombre des cocotiers, dans un cadre paradisiaque. De puissantes vagues viennent s'y échouer.


Publié le 27 avril 2016